La Fédération de la Culture Communication Spectacle de la CFE-CGC appelle tous les salariés et retraités à soutenir par leur participation active l’expression du mécontentement des agents des Fonctions Publiques devant les dispositions que va engager le Gouvernement sur les dossiers au coeur de notre modèle social : assurance chômage, formation professionnelle et les régimes de retraite.

Après avoir mis à bas le Code du Travail par des Ordonnances trompeuses qui ne règleront ni le problème crucial de l’emploi en France, ni la relance économique de nos industries et entreprises, les énarques du Gouvernement s’attaquent aux statuts des fonctionnaires (mais pas aux leurs), aux spécificités de leurs systèmes de retraite durement acquis.

Cher collègue,

Nous vivons décidément une drôle d’époque. Un temps où certains prétendent lutter pour l’emploi en renforçant les moyens de le détruire. Voilà le triste constat qu’il nous reste à faire devant les cinq ordonnances de la nouvelle loi « travail ». Présentée à l’origine comme l’outil ultime de lutte contre le fléau du chômage, nous sommes devant un projet qui prolonge, en les aggravant, les dernières réformes qui n’ont pour objet que de flexibiliser le contrat de travail, faciliter sa rupture et précariser les conditions de son exécution.

Et pourtant, engagée sans réserve dans la phase de concertation avec le gouvernement sur l’élaboration des ordonnances de la loi travail, la CFE-CGC, fidèle à sa culture et à l’engagement de ses militants, a voulu d’emblée porter le débat sur la question de l’entreprise, sur la réalité de son fonctionnement, de ses priorités et sa dimension humaine.

Depuis l'ouverture de la "concertation" entre les Organisations Syndicales salariées et patronales et le Gouvernement, les médias ont relevés des prises de positions en évolution constante de la CFE-CGC, au fur et à mesure de la découverte, parfois par médias interposés, des propositions de la Ministre du Travail.

Ce durcissement est le résultat des concertations et des mises en commun des positions des fédérations CFE-CGC qui, à l'initiative de la FCCS, se retrouvent régulièrement afin de préparer ensemble, ce qui pourra devenir la position confédérale, acceptée par toutes les autres fédérations.

Ainsi, nos négociateurs nationaux peuvent présenter aux représentants du Gouvernement, cabinet du ministre, les "lignes Rouges" qui pour notre Confédération, ne sont pas franchissables.

 

Après un mois de discussion sur le régime d’assurance chômage, les négociations ont abouti à un compromis acceptable par la quasi-totalité des partenaires.

Lors de cette négociation, la CFE-CGC a pris ses responsabilités en signant, elle est restée fidèle à ses principes :

  • La réaffirmation de la nécessité d’un régime paritaire d’assurance chômage ;
  • La défense du caractère assurantiel du régime d’assurance chômage dans lequel l’indemnisation chômage est proportionnelle au salaire antérieur pris en compte pour la cotisation.

Ce compromis, trouvé au dernier jour de quatre séances dont la dernière a duré 12 heures, intervient après l'échec des discussions du printemps 2016 et à moins d'un mois de la présidentielle, alors que certains candidats des présidentielles menaçaient de reprendre en main l'assurance chômage si les partenaires sociaux n’arrivaient pas à se mettre d’accord…

L'Union Régionale d'Île de France CFE-CGC, organise, en partenariat avec la MACIF et METIS Expertise
un colloque le 28 mars 2017 à 13h30, à l'auditorium de la MACIF paris 15ème

Retour sur la législation du quinquennat Hollande: Lois Rebsamen, Macron, El Khomri; quel impact pour les Comités d'Entreprise

Vous trouverez, en pièce jointe le programme complet de ce colloque, ainsi que le bulletin d'inscription à retourner à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

- Invitation et bulletin d'inscription pour le colloque du 28 mars 2017 Adobe PDF file icon 32x32 (218 Ko)